Rédiger pour le web

GUIDE SEO

Lorsque nous accompagnons un client en SEO, notre but est de placer en première page de Google la page de son site dont le sujet est recherché par un utilisateur.

Pour y arriver, nous devons travailler selon deux axes qui correspondent aux deux critères principaux pris en compte par les moteurs pour positionner une page : fournir un contenu intéressant et obtenir des liens venant d’autres sites. Intéressons-nous au premier axe : rédiger le texte de la page.

Par quelle page commencer ?

La rédaction de textes sur un site est un travail conséquent qui ne doit pas être pris à la légère, c’est vraiment un point crucial de votre présence sur le web. Le premier bénéficiaire de ce travail est votre lecteur, qui va apprendre des informations nouvelles grâce à vous. Le deuxième bénéficiaire est l’ensemble des moteurs de recherche, qui savent identifier à quelles questions vous répondez. Ainsi, lors d’une recherche comportant les mots clés présents sur votre page, un moteur la positionnera avant celle des concurrents.

Nous supposons que vos ressources (temps, budget, personnel) ne sont pas illimitées, il faut donc identifier la première page à améliorer. Nous allons prendre en compte trois critères, et chercher l’élue à l’intersection des trois mesures.

  1. Une page importante pour vous, en terme de business, de notoriété, ou de n’importe quel objectif que vous vous fixez ;
  2. Une expression recherchée ayant un volume de recherche important ;
  3. Une expression recherchée avec un faible niveau de concurrence.

Nous prenons ici l’exemple de Laino (voir notre étude de cas), fabricant de produits cosmétiques. L’essentiel du site est constitué de pages produits et de pages de catégories listant des produits.

  • Les pages produits sont déjà bien référencées, car les expressions recherchées qui peuvent y mener sont précises (exemple : soin nutritif intense)
  • Les pages de catégories ne sont pas bien référencées. Elles sont pourtant plus importantes car le volume potentiel de recherche est élevé, les expressions pouvant y mener étant plus larges que les noms de produits (exemple : gel douche peau sèche).

Nous commençons donc par entrer la liste des catégories de produits dans l’outil Google Keyword Planner, qui permet d’avoir une idée du volume de recherche mensuel pour chaque expression.

Nous classons les résultats obtenus par volume de recherche décroissant. Nous croisons ensuite ce volume avec le niveau de concurrence.

Google Keyword Planner : résultats pour Laino
Volumes de recherche et niveaux de compétition pour les catégories de produits Laino

Nous voyons tout de suite émerger une expression, déodorant, recherchée assez souvent (entre 1000 et 10 000 fois par mois) et dont le niveau de concurrence est acceptable (medium).

Nous vérifions maintenant la position actuelle du site laino.fr pour cette expression, pour savoir s’il faut effectivement fournir un effort ou si la page est déjà bien positionnée.

Positeo - laino.fr sur
Positionnement du site laino.fr sur l'expression "déodorant"

Nous utilisons pour cela l’outil gratuit Positeo, qui analyse les pages des résultats de Google venant de différents datacenters du moteur.

Le résultat est net : le site n’est pas présent dans les 12 premières pages des résultats de recherche Google sur l’expression « déodorant ». Nous venons d’identifier notre première page à améliorer !

Laino : déodorants
Page de catégories de produits déodorants du site Laino avant optimisation

Combien de mots doit-on rédiger ?

Comme tous les critères en SEO, l’effort à fournir dépend de la concurrence. Nous étudions donc la première page des résultats de Google pour analyser les pages bien positionnées.

Google : résultats pour
Première page de résultats de recherche Google pour "déodorant"

Nous ignorons les sites qui ne sont pas de même « nature » que le site Laino (encyclopédie, forum, etc.) car Google propose en général une variété de sources pour satisfaire au mieux l’utilisateur.

Nous copions le contenu rédactionnel trouvé dans chaque autre page, lorsqu’il y en a, et le collons dans Word en texte brut pour compter le nombre de mots. Les 4 premiers résultats comportent assez peu de texte informationnel, voire aucun.

Vichy
Résultat 1 : 4 petits paragraphes
Mademoiselle Bio
Résultat 2 : 1 petit paragraphe
Sephora
Résultat 3 : aucun texte
1001 Pharmacies
Résultat 4 : aucun texte
Que Choisir ?
Résultat 5 : beaucoup de texte

Le 5ème résultat, une page du magazine Que Choisir ?, montre un texte long et bien structuré, avec une image d’illustration en rapport avec le sujet.

Nous savons que pour se positionner au même niveau, il va falloir faire aussi bien, et même mieux à cause de l’antériorité de la page concurrente.

Comptons le nombre de mots dans Word : 591. C’est le nombre vers lequel l’équipe de rédaction va devoir tendre et même dépasser si possible.

Microsoft Word : compter le nombre de mots
Compter le nombre de mots d'un texte dans Word

De quoi doit parler le texte ?

Le texte doit être intéressant pour le visiteur, répondre aux questions qu’il se pose. Selon les consignes de Google pour la rédaction d’articles de qualité, on doit démontrer son expertise sur le sujet traité et apporter une plus-value par rapport aux pages concurrentes. Cela implique que le contenu rédigé soit original et non une copie, même remaniée, d’une ou plusieurs sources en ligne.

Pour être bien référencé, il faut penser à varier les expressions employées pour englober les variantes dans le même champ lexical et les expressions proches du sens du mot clé principal.

Nous utilisons deux outils gratuits pour nous aider à ne rien oublier. Ils fonctionnent de manière assez similaire : ils recherchent dans plusieurs sources (Google Suggest, Yahoo Answers, forums…) des variantes de l’expression donnée, en lui ajoutant des préfixes ou des suffixes permettant de construire des questions (« qu’est-ce que », « pourquoi »…) ou de nouvelles expressions clé.

ÜberSuggest
Expressions proches par ÜberSuggest
AnswerThePublic
AnswerThePublic : questions formées avec l'expression-clé

Nous exportons les suggestions dans un fichier Excel pour trier et sélectionner les expressions à employer dans le texte. Voici un aperçu des expressions que l’on pourrait retenir pour « déodorant » :

  • naturel, qui sent bon
  • efficace, 24h, 48h
  • solide, stick, pierre d’alun
  • femme, allaitement, grossesse
  • santé, allergie, risques, danger, cancer
  • sans alcool, sans parfum, sans aluminium, sans zirconium
  • sans traces, sans tâches

On peut également retenir des questions, qui peuvent nous orienter sur les sujets à aborder et même nous aider à structurer le texte :

  • Comment choisir son déodorant ?
  • Comment marche un déodorant ?
  • Comment appliquer un déodorant ?
  • Pourquoi utiliser un déodorant ?
  • Quel déodorant quand on transpire beaucoup ?
  • Que faire en cas d’allergie au déodorant ?
  • À partir de quel âge peut-on mettre du déodorant ?
  • Peut-on emmener son déodorant en avion ?
  • Combien de temps un déodorant est-il efficace ?
  • Déodorant ou anti-transpirant ?
  • Déodorant ou parfum ?

Comment structurer le texte ?

Titres et paragraphes

Pour assurer un bon confort de lecture au visiteur d’une part, et indiquer la structure sémantique et les mots importants aux moteurs d’autre part, le texte doit être découpé en paragraphes, introduits par des titres de différents niveaux.

Le titre de premier niveau doit être unique et contenir l’expression clé que l’on cherche à placer, ici « Déodorant ». On trouvera ensuite une introduction de quelques lignes. Les titres de deuxième niveau peuvent reprendre les questions trouvées plus haut, ou bien être rédigés comme une réponse à ces questions. Chaque titre de niveau 2 doit être suivi d’un ou plusieurs paragraphes en rapport avec le sujet en cours de traitement. On peut continuer avec des titres de niveau 3 (au moins deux dans une section de niveau 2), etc.

Variété des médias

Google aime la variété dans les moyens de transmettre l’information, il sera donc judicieux de prévoir au moins une image avec un attribut alternatif correctement rempli, une vidéo Youtube produite pour l’occasion, une infographie, des statistiques sous forme d’un tableau ou d’un graphique, une carte Google Map avec des points d’intérêt, etc. L’idéal est de parsemer le texte de ces différents médias pour ne pas ennuyer le lecteur avec d’interminables pavés de texte.

N’oublions pas de rédiger avec soin la balise TITLE de la page, qui sera affichée dans les résultats de recherche et qui doit résumer ce que l’internaute peut espérer trouver sur la page.

Peut-on utiliser du texte copié ailleurs ?

NON. Surtout. Pas. D’une part, il faut bien sûr respecter les auteurs des textes existants ailleurs sur le web en ne copiant pas leur contenu. Et d’autre part, Google a horreur du contenu dupliqué. Même si vous remaniez un peu les phrases et changez quelques mots, il est capable de mesurer la similarité avec les textes que son index contient déjà et saura reconnaître la copie. Ainsi, il jugera que votre page n’apporte rien de neuf aux utilisateurs et ne la positionnera pas avantageusement.

Faut-il ajouter des liens dans le texte ?

Dans l’optique de paraître « naturel » aux yeux des moteurs, il est bien entendu possible de placer des liens dans les paragraphes. On conseille en général de respecter le rapport 1 lien externe pour 2 liens internes. Si un des paragraphes traite d’un sujet utilisant une information venant d’un autre site, il est possible de faire un lien « plus d’infos » vers ce site. Si un paragraphe fait référence à une autre catégorie de produits, on peut également placer un lien.

Comment mesurer les effets du nouveau contenu ?

Une fois le nouveau contenu rédigé et mis en ligne, il faut être patient. Il faut déjà que les moteurs indexent le nouveau contenu, ce qui peut prendre un temps variable mais qui se compte en jours. Puis, les algorithmes analysent et positionnent la page dans les résultats de recherche pour une ou plusieurs expressions contenues dans le nouveau texte. Cette phase peut prendre plusieurs semaines, voire des mois.

On peut surveiller l’évolution du positionnement grâce à l’outil Positeo cité plus haut, gratuit mais qui demande une action manuelle, ou d’autres outils payants comme Monitorank ou My Poseo qui permettent de surveiller automatiquement l’évolution des positions.

Prêt à travailler avec nous ?

Contactez-nous, ou venez nous rencontrer pour discuter de vos projets.